L’interrogateur demande :

Si la femme demande à son mari le divorce sans raison valable et que le mari refuse sa demande, est-elle de ce fait une pécheresse ?

Le cheikh répond :

Si la femme n’a pas de raison valable, le mari n’est pas forcé de répondre à sa demande de divorce, mais il est aussi nécessaire pour lui de chercher les choses qui apporteront l’harmonie et l’amour (dans leur relation) et la débarrasser (cette relation) des choses qui amèneront au divorce.

Car il est possible qu’elle ait quelques raisons valables.

Il est donc nécessaire qu’il prenne en considération cela car elle peut avoir des raisons légitimes :

-soit à cause du mauvais caractère du mari
-ou de son avarice
-ou du fait qu’il reste dehors toute la nuit
-ou qu’il rentre très tard à la maison
-ou encore d’autre raisons que celles-ci.

Donc il lui est obligatoire d’ observer ces choses et de craindre Allâh afin qu’il donne à la femme son droit.

Quant à elle, alors il ne lui est pas permis de demander le divorce sauf avec une raison valable.

Comme cela provient de l’autorité du Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم qui a dit :

« Toute femme qui demande le divorce sans raison légitime ne sentira pas le parfum du Paradis »
(Al-Bukhari).

Et cela est une menace sévère.

Donc, il incombe à la femme de vivre avec son époux dans la bonté, la gentillesse et de l’écouter et lui obéir (dans ce qui est en conformité avec le Coran et la Sunnah du prophète صلى الله عليه وسلم), et de ne pas demander le divorce à son mari sauf pour une raison valable.

Et si il y a une raison valable, alors il n’y a pas de problème à cela.

Par exemples :

-Il est avare, ce qui va l’empêcher de donner à sa femme les droits qui lui sont dûs,
-ou bien il est plongé dans le péché et la désobéissance comme prendre de l’alcool ou de la drogue,
-ou encore il reste dehors toute la nuit, tout le temps,
-ou il rend la vie de sa femme très restreignant (oppressante),
-ou d’autre raison que celles-ci qui sont légitimes

Alors c’est une excuse qui doit être considérée et honorée.

Ou il est possible que ce soit du fait que probablement elle déteste vraiment son époux et du fait qu’Allâh n’ait pas placé dans son coeur l’amour pour lui et elle ne peut donc pas respecter ses devoirs envers lui en conséquence de cette haine qu’elle éprouve pour lui, alors il n’y a pas de mal à ce qu’elle demande le divorce.

Ainsi, en retour, elle ne commettra pas de péché en ne lui donnant pas ses droits.

Et si elle lui demande le divorce, alors elle devra lui rendre la dot qu’il lui a donné pour l’épouser et qui lui a donné pour préparer le mariage (cadeaux ,vêtements et l’argent qui fut nécessaire pour le repas de noce).

Et si la raison du divorce est qu’elle le déteste alors on devra lui donner ce qu’il lui a donné comme dote et ce qu’il lui a donné comme cadeaux autre que la dote.

Donc, si la raison pour laquelle elle demande le divorce est parce qu’il ne lui donne pas son droit ou s’il est avare envers ses besoins ou s’il reste toute la nuit dehors et qu’il ne rentre à la maison que très tard dans la nuit et qu’il est fatigué, ou qu’il sombre dans l’alcool ou les drogues, alors ces raisons sont des raisons légitimes à sa demande de divorce.

Et si le mari refuse, alors elle devra le « traîner » devant le tribunal musulman afin qu’il puisse analyser cette affaire.

Quand à celui qui ne prie pas, alors il n’est pas permis à la femme de rester avec lui car abandonner la prière est de la mécréance et le refuge est auprès d’Allâh.

Et ceci car la prière est le pilier qui garde la religion bien droite, donc si le mari abandonne la prière alors cela devient une raison valable pour la femme de refuser d’être avec lui.

Et il ne lui est pas permis de rester avec elle, jusqu’à ce qu’il se repente à Allâh de son abandon de la salat, et ceci est basé sur la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :

« L’engagement entre nous et eux est la prière. Donc quiconque l’abandonne a mécru »
(Ahmad,Tirmidhi,Nasa’i)

Et aussi sa parole صلى الله عليه وسلم :

« La tête de cette affaire est l’Islam et son pilier central est la prière »
(Ahmad, Tirmidhi)

Et aussi , le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

« Ce qu’il y a entre l’homme, la mécréance et l’association c’est la prière »
(Muslim, Abou Dawoud, Nasa’i)

Donc cela montre que la prière est une affaire importante et elle est le pilier de l’Islam et c’est la première chose parmi les actes dont le serviteur devra rendre compte le Jour du Jugement.

Donc il incombe à tous les croyants et les croyantes ou chaque individu qui proclame l’islam de craindre Allâh et de sauvegarder sa prière à son heure et de les réaliser en groupe avec les musulmans à la mosquée car ne pas les accomplir ainsi est une désobéissance et un péché et le fait qu’il les prie à la maison est aussi une désobéissance mais pas une mécréance.

Mais le fait qu’il abandonne la prière entièrement, alors cela est de la mécréance, même s’il ne renie pas le fait que la prière est obligatoire et cela à la lumière de l’avis le plus correct entre les 2 positions existantes chez les érudits (savants).

Et celui qui renie le fait que la prière soit obligatoire est un mécréant par consensus des musulmans et de même celui qui renie le fait que la prière soit obligatoire ou le jeûne du mois de ramadan ou la zakat ou quoique ce soit des choses connues dans la religion comme une obligation, alors il est par conséquent un kaafir (mécréant), et le refuge est auprès d’Allâh.

Source : http://www.binbaz.org.sa/noor/3764

6 116 vues