Question :

Un frère voudrait se marier avec une seconde épouse, cependant la loi civile (du pays non-musulman) le lui interdit et il ne désire pas se séparer de sa première épouse.

Lui est-il permis de divorcer sa femme de par la loi civile (du pays non musulman) et de rester marié avec elle religieusement ?

Réponse :

Si il la divorce par la loi civile alors elle est divorcée.

Si il va à la municipalité comme cela se fait dans les pays non-musulmans dans l’endroit des actes (l’état civil) et qu’il dit : « Mon épouse est divorcée », alors elle sera divorcée !

Si il la reprend après cela d’un retour autorisé alors elle sera reprise.

Et si il veut se marier après cela, il se marie.

Cependant je crains pour lui qu’il lui arrive la même chose que l’homme qui voulait fêter l’aid dans les deux villages.

L’homme qui voulait fêter l’aid dans les deux villages a dit :

« Tel village qui est proche de nous mange très tôt le repas de l’aid ; Ils sortent le repas de l’aid dans la rue, puis ils mangent…
Je vais donc manger avec eux puis ensuite j’irai manger le repas de l’aid de mon village. »

Il s’est donc rendu dans le village proche du sien mais quand il arriva, les gens avaient déjà tout fini, il a rien pu avoir.

Il retourna dans son propre village qui retardait le repas, mais quand il arriva, les gens eurent aussi fini, il n’obtena rien non plus…

Je crains donc pour lui qu’il ne puisse ni conserver son épouse et qu’il ne puisse ni se marier avec une seconde épouse.

Le serviteur se doit de réfléchir et d’analyser sa situation.

Et selon ta capacité, Ô mon frère, que tu partes dans un des pays musulmans dans lequel on ne combattra pas la legislation d’Allah.

Traduction : Abou Jabir
Source : http://ar.miraath.net/fatwah/11196

5 006 vues