Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Question 1 :

Que signifie al-khifaf (ou al-khouffain – الخفين) et al-djwarib (الجوارب) ?

Réponse :

Louange à Allah Seigneur des mondes, que la prière et le salut soient sur notre prophète Mohamed, ainsi que sa famille et ses compagnons.
Al-khifaf sont prévues pour être portées sur les pieds, sont en cuir et autres matières similaires.
Al-djawarib sont les chaussettes en coton ou autres matières similaires, ceci est connu.

Question 2 :

Quel est le statut sur le fait de passer la main sur les khouffains et quelles sont les preuves coraniques et de la sounnah authentique sur cela ?

Réponse :

Le fait de passer la main dessus les khouffains est sounnah, donc celui qui les porte, il lui est préférable d’essuyer dessus que de laver ses pieds.

– La preuve dans la sounnah

Al-Moughirra ibn chou3bah رضي الله عنه a dit qu’il était avec le prophète صلى الله عليه وسلم.

Ce dernier faisait ses ablutions.

Alors Al-Moughirra voulut lui enlever ses khouffains mais le prophète صلى الله عليه وسلم lui dit de les laisser en disant:

“Car je les ai mi dans mes pieds alors qu’ils (ses pieds) étaient propres”
et il lui fit passer les mains sur les khouffains.

Ce fait est prouvé par le coran et la sounnah.

– La preuve dans le coran (traduction rapprochée) :

“Ô vous les croyants ! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu’aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes et sur les pieds jusqu’aux chevilles.” (Sourate Al-Ma’ida verset 6)

En ce qui concerne, la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

“sur les pieds jusqu’aux chevilles.”, qu’il y a deux lectures connues qui sont authentiques :

1/ Quand on met la fatha sur le lam de “arrdjoulakoum”, cela signifie qu’il faut laver les pieds.

Cela rejoint la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

“lavez vos mains et vos visages et lavez vos bras jusqu’aux coudes”

2/ Quand on met la kasrra sur le lam “arrdjoulIkoum”, cela signifie essuyer sur les khouffains et cela rejoint la parole d’Allah (traduction rapprochée) :

“Et passez vos mains sur vos têtes”.

Ce qui prouve que l’on peut laver les pieds comme on peut essuyer sur les khouffains.

C’est la sounnah du prophète صلى الله عليه وسلم qui essuyait sur ses khouffains quand il en avait et laver ses pieds quand ils étaient découverts.

Il y a beaucoup de hadiths qui prouvent cela.

Il y a tellement de compagnons qui ont dit cela (sounnah al moutawatirrah) que l’Imam Ahmed disait qu’il n’avait aucun doute sur son coeur à ce sujet.

Voici les preuves sur la permission d’essuyer sur les khouffains.

Il y a 40 hadiths qui prouvent cela.

Question 3 :

Quelles sont les conditions authentiques pour pouvoir essuyer sur les khouffains, en citant les preuves ?

Réponse :

Il y a 4 conditions :

1/ Il faut les mettre en état de pureté

Preuve : Mais le prophète صلى الله عليه وسلم lui dit de les laisser en disant :
“Car je les ai mi dans mes pieds alors qu’ils (ses pieds) étaient propres”
Et il lui fit passer les mains sur les khouffains.

2/ Il faut que les khouffains soient non souillées ; si elles sont impures, on ne doit pas essuyer dessus

Preuve : “Un jour que le prophète صلى الله عليه وسلم dirigeait la prière, il enleva ses na3layn durant la prière.
Alors il expliqua la raison aux compagnons en disant que djibril l’a informé de leur souillure.”
Cela prouve qu’on ne doit pas prier avec des habits ou chaussures souillés, car, même en passant de l’eau par-dessus cela ne va faire qu’étaler la souillure et non pas la purifier.

3/ Essuyer dessus quand on est en état de petite impureté et non pas en état de grande impureté

Preuve : Safwan ibnou 3asal a dit que
“Le prophète صلى الله عليه وسلم leur recommandait de ne pas enlever leurs pantoufles lorsqu’ils étaient en voyage; et ce, durant 3 jours et 3 nuits.
Sauf en cas de grande souillure ; mais ils n’avaient pas à les enlever en cas de selles, d’urine ou de sommeil.”
Rapporté par at-tirmidhi wa Nassa’i et d’autres.

4/Essuyer dans le temps légiféré (un jour et une nuit pour le résident et trois jours et trois nuits pour le voyageur)

Preuve : Ali ibnou talib a dit que :
“Le prophète صلى الله عليه وسلم a autorisé au voyageur de passer la main sur ses pantoufles durant trois jours et trois nuits contre un jour et une nuit pour le résident.”
Rapporté par muslim.
Cette durée commence à partir du moment qu’on a essuyé.
Elle se termine 24h après pour le résident et 72h après pour le voyageur.

Exemples : Si une personne a fait les ablutions pour al fadjr et est resté en état d’ablution jusqu’au icha, le mardi, et puis s’est endormi pour se lever à 5h du matin le mercredi puis a refait les ablutions à ce moment-là alors elle pourra essuyer sur les chaussettes jusqu’au lendemain.
Et si, jeudi, la personne se réveille avant 5h du matin et qu’elle a essuyé sur ses chaussettes, elle peut prier avec cette ablution-là jusqu’a perdre les ablutions.

Remarque : L’arrivée à l’heure limite de l’essuyage (ici jeudi 5h du matin) n’inclut pas ou n’entraîne pas la perte les ablutions.

Si le temps limite est dépassé mais qu’on n’a pas perdu les ablutions, alors on garde les chaussettes sur lesquelles on avait essuyé, tant qu’on a les ablutions.

C’est l’avis le plus authentique.

Le prophète صلى الله عليه وسلم nous a donné un temps limite pour essuyer sur les khouffains, mais, il ne nous a pas donné un temps limite pour garder les ablutions.
Car nous avons les preuves que cette personne-là est en état de pureté.
Et rien ne prouve le contraire si ce n’est une preuve du coran ou de la sounnah.
En l’occurrence, il n y en a pas.

En islam il y a une règle : “Toute chose reste telle qu’elle est jusqu’à la preuve de son inexistence.”

Donc la personne a ses ablutions tant qu’elle n’a pas la preuve du contraire.
Voici donc les conditions pour pouvoir essuyer sur les khouffains.

Question 4 :

Quelle est l’authenticité sur le fait que certains juristes ont mis en condition : Le fait de couvrir ses pieds entièrement ?

Réponse :

Cette condition n’est pas authentique et il n y a aucune preuve là-dessus ; Car, tant que ce qu’on porte à nos pieds a toujours le nom de chaussettes ou khouffains, alors c’est considéré comme tel.

Et dans la sounnah authentique, le fait d’essuyer sur les khouffains est un fait général.

Et toute chose dans la législation, qui est générale, ne peut-être limitée que par une preuve.

Le prophète صلى الله عليه وسلم n’a pas limité l’essuyage a de telle condition et nous demandons les preuves pour le contraire.

En partant de ce principe, il est permis de passer nos mains sur les khouffains trouées et très fines, car le but des khouffains n’est pas de couvrir la peau mais de réchauffer les pieds et d’être utile pour les pieds.

Aussi, il est permis d’essuyer sur les khouffains, car les ôter est une difficulté.

Il n’y a pas de différence entre des chaussettes légères et fines et des chaussettes épaisses, comme il n’y a pas de différence entre des chaussettes trouées et en bon état, tant qu’elles portent le nom de chaussettes ou khouffains, on peut toujours essuyer dessus.

Question 5 :

Une personne qui a fait tayamum, ensuite a mis ses khouffains et puis a retrouvé de l’eau.

Est-ce qu’elle peut essuyer dessus avec l’eau sachant qu’elle est en état de pureté ?

Réponse :

Non, il n’est pas permis d’essuyer sur les khouffains, si on a fait tayamum.

Mais le prophète صلى الله عليه وسلم lui dit de les laisser en disant :

«Car je les ai mi dans mes pieds alors qu’ils (ses pieds) étaient propres»
et il lui fit passer les mains sur les khouffains.

La pureté de tayamum ne concerne pas les pieds, mais concerne seulement le visage et les mains.

De même, pour une personne qui ne trouve pas d’eau ou qui est dans l’incapacité d’utiliser l’eau, alors elle peut garder ses khouffains, même en état d’impureté car les pieds ne rentrent pas dans la pureté de tayamum.

Question 6 :

Est-ce que l’intention est obligatoire quand on met des chaussettes ou des chaussures pour pouvoir essuyer dessus, ainsi que pour l’essuyage des 24h du résident et des 72h du voyageur ?

Réponse :

L’intention n’est pas obligatoire car c’est un acte dont le statut est lié à son existence.

C’est-à-dire que si la personne a des khouffains, elle peut essuyer dessus sans mettre l’intention au moment de leur mise.

Ce n’est donc pas une condition, quand on met des khouffains, de mettre l’intention.

Autant que ce n’est pas une condition de mettre l’intention de cacher sa nudité pour la prière au moment du port des vêtements.

Et de même, pour l’intention du temps limité pour le résident et le voyageur, cela n’est pas une condition.

Le résident a 24h et le voyageur 72h, et ce, qu’il y ait l’intention ou pas.

Question 7 :

Quelle est la distance ou le voyage qui permet de passer les mains sur les khouffains trois jours et trois nuits ?

Réponse :

Le voyage qui permet de raccourcir la prière est le voyage qui permet de passer les mains sur les khouffains 3 jours et 3 nuits.

Safwan ibnou 3asal a dit que le prophète صلى الله عليه وسلم leur recommandait de ne pas enlever leurs pantoufles lorsqu’ils étaient en voyage ; Et ce, durant 3 jours et 3 nuits.

Sauf en cas de grande souillure ; Mais ils n’avaient pas à les enlever en cas de selles, d’urine ou de sommeil.

Question 8 :

Quand le voyageur arrive chez lui ou que le résident voyage, comment calcule t-il la durée de l’essuyage sachant qu’il a déjà commencé à essuyer sur les khouffains ?

Réponse :

Si il a commencé à essuyer sur ses chaussettes, tout en étant résident, puis a voyagé, alors il essuie pendant 72h.

Par contre, le voyageur quand il arrive chez lui, il essuie sur ses khouffains pendant 24h et non plus 72h.

Certains savants disent que, si la personne a commencé à essuyer sur ses khouffains tout en étant résidente puis que dans la même journée elle voyage, alors elle ne fait que 24h.

Mais l’avis le plus authentique est qu’elle essuie pendant 72h car cette personne, bien qu’elle ait débutée l’essuyage en étant résidente et que le temps limite ne s’est pas écoulé, alors le statut est celui de voyageur et peut, donc, essuyer pendant 3 jours et 3 nuits.

Question 9 :

Comment faire quand on a un doute sur le moment du premier essuyage ?

Réponse :

Il faut se baser sur la certitude.

Si une personne doute sur le fait qu’elle ait commencé à essuyer soit à partir de salat al-‘asr ou soit à partir de salat dohor, alors, elle fait comme si elle avait débuté l’essuyage au ‘asr.

C’est-à-dire au moment le plus tardif.

Toute chose reste telle qu’elle est jusqu’à la preuve du contraire.

“Quand un homme a dit au prophète عليه الصلاة والسلام qu’il avait un doute sur la perte de ses ablutions, alors le prophète lui répondit que tant qu’il n’a rien entendu ou rien senti alors qu’il ne quitte pas la prière.
Le doute n’enlève jamais la certitude.”

Question 10 :

Une personne a essuyé sur ses khouffains, après le temps limite de l’essuyage, puis a prié.

Quel est le statut de sa prière ?

Réponse :

Si la personne a essuyé sur ses khouffains après le temps limite de l’essuyage (24h pour le résident et 72h pour le voyageur), alors toutes les prières qu’elle a faite dans cette situation ne sont pas valables et elle doit, donc, refaire toutes ses prières, après avoir fait ses ablutions complètes, en lavant ses pieds.

Question 11 :

Une personne a enlevé ses chaussettes en état d’ablutions et les a remises avant de perdre les ablutions.

Peut-elle réessuyer dessus ?

Réponse :

Si une personne a enlevé ses chaussettes et les a remises en état d’ablutions, il y a deux cas :

1/ Si c’est ses premières ablutions (ou elle a lavé ses pieds normalement), alors elle peut toujours essuyer sur ses chaussettes.

2/ Si elle avait fait un essuyage sur ses chaussettes, alors elle doit se laver les pieds normalement avant de reessuyer dessus.

Car pour pouvoir passer les mains sur les chaussettes il faut d’abord faire les ablutions complètes en lavant ses pieds normalement.

C’est ce que l’on sait des paroles des savants.

Par contre, si une personne dit que tant qu’elle a remis ses chaussettes en état de pureté et dans le temps d’essuyage elle peut toujours essuyer, c’est certes un avis fort mais je ne connais pas de savants qui l’ont dit auparavant.

Donc si un des gens de science aurait pris cet avis, alors cela serait pour moi l’avis le plus authentique, car le fait de passer les mains sur les chaussettes est une purification complète.

On doit dire que comme il est permis d’essuyer les mains sur ses chaussettes, après avoir fait les ablutions normalement.

Il est permis aussi d’essuyer les mains sur les chaussettes après avoir fait les ablutions en passant les mains sur les chaussettes, mais il n’y a pas de savant qui a pris cet avis-là.

Question 12 :

Donc on ne peut pas dire que le fait d’enlever les khouffains annule l’essuyage ?

Réponse :

Si on enlève les khouffains, cela n’annule pas les ablutions, mais cela annule la possibilité de réessuyage dessus.

Et si on les remet une autre fois et qu’on perd les ablutions, alors on est obligé d’enlever les khouffains et refaire ses ablutions en lavant ses pieds, puis ensuite les remettre.

On ne peut essuyer sur les khouffains qu’une fois qu’on a fait nos ablutions complètes (en lavant ses pieds).

C’est ce que l’on sait des paroles des savants.

Question 13 :

Une personne a essuyé sur ses chaussures la première fois, puis la deuxième fois elle a essuyé sur les chaussettes.

Est-ce que cet essuyage est correct ou faut-il refaire les ablutions complètes en lavant ses pieds ?

Réponse :

Il y a une divergence parmi les savants là-dessus :

– Certains disent que si on a essuyé sur l’une des deux paires de chaussettes ou la chaussure, alors cela est valable pour la première chose sur laquelle on a essuyé.

– D’autres disent qu’il est permis de passer sur l’autre ou la deuxième partie tant que le temps d’essuyage n’est pas écoulé.

Exemple : Une personne a passé ses mains sur ses chaussures, puis les a enlevées, elle peut donc passer ses mains sur ses chaussettes et c’est l’avis le plus authentique.

De même, dans le sens inverse.

Exemple : Si une personne a essuyé sur ses chaussettes et puis a mis une autre paire de chaussettes, alors elle peut essuyer sur cette nouvelle paire de chaussettes ou ses chaussures tant que le temps d’essuyage ne s’est pas écoulé.

Mais, on calcule le temps d’essuyage à partir de la première chose sur laquelle on a essuyé et non pas la deuxième.

Question 14 :

Beaucoup de gens se posent la question sur la manière la plus correcte pour l’essuyage et sur l’endroit ou l’on doit passer les mains.

Réponse :

La manière d’essuyage est de passer ses mains en partant des orteils jusqu’au haut de la cheville et les deux en même temps.

La main droite sur le pied droit et la main gauche sur le pied gauche (comme pour les oreilles) car ça c’est ce qui est clair et apparent dans la sounnah.

Et dans le hadith de Al-Moughirra ibn Chou3bah : Mais le prophète صلى الله عليه وسلم lui dit de les laisser en disant :

“Car je les ai mi dans mes pieds alors qu’ils (ses pieds) étaient propres”
et il lui fit passer les mains sur les khouffains.

Cela prouve que c’est les deux mains, en même temps, car sinon il aurait été précisé de faire une main après l’autre ; A moins qu’une personne n’ait pas ses deux mains, alors elle commence par le droit puis le gauche.

Aussi, il y a beaucoup de gens qui passent leurs deux mains sur le pied droit, puis les deux mains sur le pied gauche, leur action n’a pas d’origine.

Et les savants disent qu’on passe la main droite sur le pied droit et la main gauche sur le pied gauche.

Question 15 :

J’ai vu des personnes passer leurs mains sur et sous leurs khouffains.

Quel est le statut de leur essuyage et quel est le statut de leurs prières ?

Réponse :

Leurs prières et leurs ablutions sont correctes, mais on leur déconseille cette façon d’essuyer, car le fait d’essuyer en dessous des khouffains ne fait pas partie de la sounnah.

Et on rapporte dans sounnan que ali a dit :

“Si la religion était basé sur la raison, on aurait plutôt essuyer sous les khouffains au lieu du dessus, mais j’ai vu le prophète essuyaitsur les khouffains”.

Cela prouve que ce qui est légiféré, c’est de passer sur les khouffains.

Question 16 :

Comment peut-on comprendre la parole d’ibnou ‘Abbas :

“Le prophète صلى الله عليه وسلم n’a plus essuyé sur ses khouffains, après la révélation de la sourate al ma-ida”.

Et aussi ‘Ali a dit : “Le Livre a précédé les khouffains” ?

Réponse :

Je ne sais pas si ce que l’on rapporte de ces deux compagnons est authentique ou pas, mais j ai cité auparavant que ‘Ali fait partie des compagnons qui ont rapporté les ahadiths du prophète صلى الله عليه وسلم sur l’essuyage.

Et même après la mort du prophète صلى الله عليه وسلم, il a continué à le rapporter.

Il a rapporté que le prophète صلى الله عليه وسلم a donné un temps à l’essuyage : ‘Ali ibnou talib a dit que le prophète صلى الله عليه وسلم a autorisé au voyageur de passer la main sur ses pantoufles durant trois jours et trois nuits contre un jour et une nuit pour le résident.

Cela prouve que cela n’a pas changé pour lui, et ce, même après la mort du prophète صلى الله عليه وسلم.

Il n y a pas d’abrogation après la mort du prophète صلى الله عليه وسلم.

Question 17 :

Est-ce que les règles d’essuyage sur les khouffains sont les mêmes pour la femme et pour l’homme ou y a-t-il une différence ?

Réponse :

Il n”y a pas de différence en cela entre la femme et l’homme.

Il faut savoir qu’une règle à l’origine est valable pour l’homme comme pour la femme sauf si il y a une preuve du contraire.

Question 18 :

Quel est le statut sur le fait d’opter ses chaussettes ou une partie de ses chaussettes, par exemple pour gratter une partie de son pied ou enlever un petit caillou, etc…?

Réponse :

Si on passe nos mains dans nos chaussettes, il n’y a pas de mal.

Mais si on les enlève complètement ou si une grande partie du pied est découverte, alors l’essuyage est annulé.

Publication : 3ilmchar3i

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

6 899 vues